Mon cv

mercredi 3 novembre 2010

Comment j’ai été formée

• Etudes de Lettres Classiques à la Sorbonne ; obtention de la Licence et de la Maîtrise ;

• Obtention des épreuves théoriques et pratiques du CAPES, pendant les premières années d’enseignement.

• Enseignement du Français, du Latin, et du Grec, dans différentes classes du secondaire.

• Au mois de Septembre 1982, début de l’enseignement du Yoga et, parallèlement, début de la formation à l’ Ecole Française de Yoga ( E.F.Y. ), à Paris.

• En 1986, obtention de l’Attestation de Formation de l’E.F.Y. avec les félicitations du Conseil Professoral.

• En 1987, première inscription, comme professeur, à la Fédération Nationale des Enseignants de Yoga ( F.N.E.Y.). A partir de cette date, enseignement – comme salarié – dans différents centres culturels du Val de Marne ; puis, création d’une activité libérale.

• Prolongement de la formation acquise à l’ E.F.Y. dans des branches complémentaires dont les axes essentiels sont le travail sur la Parole avec ses différents modes d’expression, et le rééquilibrage énergétique par le massage des pieds. Travail personnel d’écriture, peinture, lecture des textes bibliques.

• Elargissement des activités proposées avec la création de différents ateliers :Yoga et aquarelle, Yoga des yeux,études des textes bibliques.

Ce que je cherche, ce que je crois, ce que j’enseigne

J’ai 65 ans ; je suis mariée, mère de 3 grands enfants dont l’aîné m’a fait le cadeau du beau nom de grand’mère.

Pendant les années d’étude, sur les bancs de l’école secondaire, je rêvais d’être archéologue et d’aller chercher le sens de la Vie dans la connaissance du passé. En réalité, j’ai commencé ma vie d’adulte en étudiant puis en enseignant le français, le latin et le grec. J’ai posé mes yeux et toute mon attention sur la langue que je parle aujourd’hui et sur les états antérieurs de cette langue. Mon rêve de quête du passé s’est cristallisé autour de l’étude de la Parole dans ses différents états et dans ses différents âges. Je me suis tout particulièrement intéressée aux passages dont cette Parole était l’objet : passage de l’état oral, invisible, immatériel et audible de la parole-souffle ou du Verbe Originel, à l’état matérialisé, visible et silencieux de la parole-écrite ; passage des langues du passé dans la langue d’aujourd’hui. En devenant professeur de Yoga, j’ai continué à étudier et à enseigner les langues. Je n’ai pas cessé d’explorer les subtilités de la grammaire et l’éventail de sens des mots, à l’intérieur du travail d’explication de textes ; je n’ai pas cessé de faire des recherches étymologiques et d’établir des passerelles entre les langues de différentes époques à l’intérieur du travail de version ; je n’ai pas cessé de chercher à comprendre les rites des épousailles de la pensée avec ses formulations visibles et écrites.En effet, avec le travail de Yoga, ma passion des langues anciennes et mon intérêt pour les rites du passage à l’écrit se sont portés sur le corps de l’homme, qui a pris la dimension d’un livre à écrire. Ressenti avec de plus en plus de subtilité, mon corps est devenu, avec sa morphologie, ses articulations, et sa physiologie aux allures syntaxiques, un texte dont l’écriture était à perfectionner pour que je puisse y rencontrer, dans la lecture, cette Voix du passé qui avait choisi de s’y donner forme corporelle..

Pour y rejoindre cette Parole antique et lui permettre – au travers des tentatives de déchiffrement que je m’efforçais de réaliser – de s’accomplir dans la lecture d’elle-même, il fallait donc que je m’abandonne totalement au travail d’écriture qui cherchait son chemin en moi et à travers moi. Il fallait aussi que, sur cette traversée de la Parole vers ses bords de chair visibles,dont la traversée de version d’une langue ancienne dans une langue moderne était icône, j’œuvre à mettre de la lumière. A tenter d’éclairer le grand Mystère de l’Incarnation – le Mystère du Verbe fait chair ou de l’Aum fait homme – j’ai choisi de donner l’essentiel de mon temps. Dans ce Service j’ai trouvé le Sens de mon existence et celui de ma pratique personnelle de Yoga complétée par les différentes activités qui y puisaient leur inspiration ; dans ce Service j’ai trouvé aussi le sens de mon enseignement. Dans ce Service j’ai trouvé et je trouve encore une joie indicible.

A l’intérieur de ma pratique personnelle, la posture finale - ou posture d’assise – est peu à peu devenue le temps de silence intérieur au cours duquel la Voix, recueillie en elle-même et posée dans les phrases écrites du corps, peut enfin commencer à se lire dans la réjouissance du Sens. Mon activité d’enseignement s’est structurée autour d’une finalité unique : guider mes élèves dans ce passionnant chemin d’écriture et de lecture auquel la vie invite chaque être de chair.

Dans cette traversée d’écriture et de lecture – ou de relecture – se retrouve la signification du mot Yoga – Réunir – ainsi que cette quête de la distinction qui est en son centre. La Voix qui s’écrit pour se lire, ou se relire, se sépare de son état originel de voix ailée qui s’entend sans se voir, pour se poser dans l’état visible et silencieux de l’écrit. Conduite à l’extrémité d’elle-même, dans l’écriture, la Voix se rejoint, dans la lecture. Là, dans le regard qu’elle peut enfin poser sur elle-même et dans le sens où elle s’accomplit, s’efface toute distance.

Dans cette traversée d’écriture et de lecture se retrouve aussi la signification de toute démarche religieuse puisque le mot religion peut être issu de relier ou de relire. La religion du monde occidental a son livre de papier et d’encre, la Bible ; mais ce livre – Le Livre – sur lequel, de générations en générations, se penchent les hommes dans leur quête de la Parole divine créatrice des mondes, ce livre dont les personnages se succèdent depuis les temps les plus reculés pour raconter la merveilleuse histoire du VERBE FAIT CHAIR, ou de l’AUM FAIT HOMME , n’est pas sans rapport avec le mystère des origines de leur corps de chair ou d’écrit. L’étude des textes bibliques est devenue pour moi inséparable de la pratique de Yoga. Elle est une aide infiniment précieuse pour appréhender les modes et les temps du Verbe Originel dont les conjugaisons rythment l’histoire de l’univers et celle du microcosme de l’homme depuis la nuit des temps. Comme le corps des hommes qui ont participé à sa rédaction, comme le corps des hommes qui, aujourd’hui encore, en cherchent le sens, comme l’univers tout entier, la Bible est une calligraphie du Verbe divin.

C’est probablement pour ETRE plus consciemment et plus fidèlement cette calligraphie du Verbe, dans les aspects visibles de mon corps et de mes actes, que j’ai cherché à FAIRE, à mon niveau et avec mes moyens, œuvre d’écriture et de peinture. Pour être un livre de chair et un état écrit du Verbe, j’ai cherché à faire des livres de papier et d’encre. Pour être une illustration de beauté du Verbe, je me suis laissée initier à l’art de l’aquarelle. A l’extrémité de mon pinceau, comme à l’extrémité de mon stylo, j’ai appris à laisser se dire la Parole. J’ai appris aussi à ouvrir les yeux sur ses traversées de visible qui sont l’essence et le sens de la Vie.


Télécharger l'article au format PDF
textes et images © Bernadette Abadie 2003-2007

Accueil du site | Contact | Plan du site | Statistiques | visites : 16888

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mon cheminement à vos côtés   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES